L’information se fait aussi à 360 degrés

Une conférence sur le reportage à 360° et le journalisme en réalité virtuelle s’est tenue ce mercredi 9 mars, à l’occasion des Assises du Journalisme. Elle était animée par le directeur de l’Ecole Supérieure de Journalisme PRO, Benoit Califano, et réunissait de nombreux invités, tels que Vincent Nguyen, Barbara Chazelle, et Raphaël Beaugrand, qui nous ont plongé dans une réalité captée, virtuelle.


Toujours à l’état d’expérimentation, ces nouvelles techniques démontrent qu’elles peuvent apporter une plus-value à l’information. Le reportage à 360° permet de se transplanter virtuellement dans un environnement. Ce type de reportage a pour but de transporter le téléspectateur et de le placer en immersion dans une réalité. Vincent Nguyen, à l’origine du projet 360@ sur France 5, utilise la prise de vue à 360° dans ses reportages. Considérée pour lui comme un média du futur, cette innovation crée une nouvelle façon de percevoir des environnements. « Mais pour l’instant, le public n’est pas encore prêt à voir ce média comme normal », explique-t-il. Barbara Chazelle, responsable de projets à France Télévisions, est convaincue que c’est l’avenir de l’image, « même si cette technique est au tout début de son histoire ».

Des techniques contraignantes

Pour filmer à 360°, les techniques sont différentes d’une prise de vue habituelle. Au bout d’une perche, des caméras, souvent de type GoPro, sont collées les unes aux autres et filment toutes en même temps. Les images prises par chacune des caméras sont ensuite superposées pour constituer une seule image : c’est ce qu’on appelle le stitching. Parfois, le recoupement altère la qualité de l’image. Le journaliste n’a pas une emprise totale sur les caméras : il doit les laisser filmer et ne peut voir le résultat qu’après le montage. Filmer en 360° doit avoir un intérêt, c’est pourquoi le choix du sujet est important. Il faut qu’il y ait des informations pertinentes tout autour de soi.

KIT-PROPACK3-4
Pour filmer à 360°, les techniques sont différentes d’une prise de vue habituelle.

Des outils pour « se transplanter »

Une application est disponible pour interagir dans un reportage. En effet, un utilisateur peut l’utiliser pour entrer dans la virtualité. Via un smartphone synchronisé à une télévision, le téléspectateur est libre de ses choix de mouvements dans le reportage. Des innovations matérielles ont permis le développement de ce type de journalisme, notamment un masque permettant de se plonger complètement au cœur d’un environnement. « Se transplanter » répète Raphaël Beaugrand, rédacteur en chef d’Okio Report, un projet vidéo d’immersion à 360°.

Quelles sensations pour le téléspectateur ?

Le public présent à la conférence a testé cette innovation. Être à bord d’une pirogue, ou d’un hélicoptère au dessus de la Guyane, c’est possible ! Vous n’avez qu’à poser un masque et un casque. Certains parlent de vertige à bord de l’hélicoptère. D’autres, d’une réalité troublante, et d’autres se disent déroutés par la qualité. Des sensations qui témoignent de la réalité dans laquelle l’individu est plongé. Tournez la tête de gauche à droite ou de bas en haut pour admirer le paysage et écoutez le vent, les personnes, et les bruitages dans vos oreilles : vous êtes en plein cœur d’un environnement complètement différent, où vous vous trouvez presque réellement.

Philippine David

SR : Simon Abraham

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s