Vincent Nguyen : « Difficile d’être original dans le journalisme »

Vincent Nguyen n’a pas peur de sortir des sentiers battus. Après une carrière de 17 ans à France 2 (rédacteur en chef de « Un jour, un destin » et reporter à « Envoyé Spécial »), le journaliste formé à Tours est à l’initiative de « 360@ », sur France 5. Dans cette série de reportages, Vincent Nguyen et son partenaire Jean-Sébastien Débordes visitent diverses régions du globe. Ces documentaires permettent d’immerger le téléspectateur dans l’environnement, grâce à des caméras GoPro filmant à 360°. Une application (disponible sur l’AppStore et Google Play) permet même d’orienter la caméra via son smartphone. La chaîne publique a été tellement emballée par le résultat qu’une seconde saison est déjà en production.

Vincent revient pour L’Accroche, en plein cœur des Assises du journalisme, sur la genèse et les dessous de ce projet innovant.


Comment avez-vous eu l’idée de filmer en très (très) grand angle ?

France 5 recherchait un duo afin de tourner une émission de voyage. J’ai proposé l’idée à Jean-Sébastien, puis nous nous sommes aperçus qu’il était difficile de proposer un projet incarné et innovant. Il existe en effet des émissions de ce genre à la pelle. Or, un beau jour, je suis tombé sur une vidéo à 360° sur les réseaux sociaux. J’ai immédiatement adhéré à ce concept ! Je me suis renseigné et il s’est avéré que le coût pour tourner dans ce format était accessible. Le postulat de départ était de cantonner ces séquences 360° à un  »gimmick » (sorte de gadget servant le propos de l’épisode, NDLR) que les gens pourraient partager sur Internet comme une vidéo virale. On a finalement compris que l’originalité du programme résidait dans ces pastilles.

L’audience de France 5 n’est plus toute jeune, mais ne risquez-vous pas de perturber ces téléspectateurs avec vos reportages décalés ? Pourraient-ils perdre leurs habitudes ?

C’était toute la difficulté du projet : plaire aux jeunes sans délaisser les plus âgés. Le but était aussi de ne pas exclure les personnes qui n’ont pas téléchargé l’appli. C’est pour cela que nous avons fluidifié le mouvement de caméras lors de nos scènes 360° sur TV, afin d’éviter un effet  »mal de mer ». Les retours ont été positifs, quelle que soit la tranche d’âge.

De nos jours, est-ce facile d’être reporter et original à la fois ?

C’est très compliqué d’être un journaliste  original. Les diffuseurs et les chaînes nous demandent de produire des émissions toujours moins chères mais sans cesse originales. Résoudre cette équation n’est pas chose aisée. Il faut redoubler de travail, et c’est d’autant plus compliqué que nous avons la concurrence des médias non traditionnels tels que Internet. La technologie que nous employons pour « 360@ » oblige à revoir totalement nos acquis et à apprendre sur le tas.

Comment est fait le montage de sept prises de vue différentes ?

Le montage est éreintant. Cela prend des heures à  »stitcher », c’est-à-dire assembler les différentes images fournies par les caméras et les fondre en un seul bloc. C’est pour cette raison que nous travaillons désormais avec une entreprise spécialisée dans la technique, qui nous décharge de ce travail laborieux.

Est-ce que ce côté innovant dérange les professionnels du métier ou les populations que vous rencontrez ?

Tout le monde est très enthousiaste ! Les intervenants sont curieux et les professionnels savent que le 360° est un outil d’avenir. Les producteurs de fiction ne s’y sont pas trompés car ils investissent déjà dans ce matériel.

Est-ce que le second écran (la possibilité de bouger la caméra sur smartphone) pourrait devenir le support principal de diffusion de ce type d’émission ?

La télé est et restera un moment de partage. Avec le portable ou le casque à réalité virtuelle, nous sommes coupés du monde. La 360° restera complémentaire au petit écran classique. On en revient au dilemme entre le cinéma et la télévision quand celle-ci est apparue. A cette époque, les professionnels craignaient la disparition du grand écran face à la TV. Or, ils ont vu que l’offre se diversifiait sans que la demande ne baisse. J’espère que la même chose se reproduira avec la 360° et les médias classiques.

Pour en savoir plus : http://www.france5.fr/emissions/360

Par Medhi Casaurang-Vergez

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s